Hiver et blocage créatif

J’ai toujours détesté l’hiver. Le froid,  le manque d’énergie caractéristique, me dépriment totalement. Tous les ans,  à cette période de l’année, je pense à tout plaquer pour m’installer quelque part au soleil.

Mais cette année, alors que le temps s’adoucit,  j’ai compris l’utilité de l’hiver.

C’est un temps d’introspection, favorable à la création.  Loin des distractions extérieures, des autres, qui empêchent de réfléchir. On peut  vite se perdre à rechercher des satisfactions immédiates.

Je pensais que loin du bruit,  je connaîtrais une frénésie créative mais ça n’a pas été le cas. Je suis comme bloquée. Rien de ce que je dessine ne me plaît et c’est très frustrant.

J’ai compris que j’ai voulu aller trop vite. C’est aussi ça l’hiver : ralentir.

Même si j’ai le sentiment de patiner,  chaque rature, chaque trait manqué m’apprend quelque chose. Je dois faire confiance à ce processus. La progression n’est pas linéaire.  Chaque pallier atteint est suivi d’une ligne plate et pourtant on avance.

Il ne pleut plus mais j’espère presque que l’hiver dure pour continuer à pratiquer, dans l’ombre,  emmitouflée dans mon plaid.

Je danserai plus tard.

C’était le billet météo du jour.  Mes créatifs,  mes ambitieux, on ne lâche rien.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *